Découvrez les témoignages de voyageurs ayant fait appel à nos services pour leur voyage au Panama !

Le Panama de A à Z

©Stefan
san-blas-panama

Vous préparez un voyage au Panama à la découverte du canal, de la forêt tropicale et des merveilleuses îles de la mer des Caraïbes ? Notre abécédaire vous permet de tout savoir sur le magnifique pays du Panama !

Notre Abécédaire du Panama

A comme Archipel de Bocas del Toro : l’archipel de Bocas del Toro, au cœur de la mer des Caraïbes, est d’abord connu pour ses belles plages de sable blanc aux eaux chaudes et cristallines. Ces plages sont bordées d’une forêt tropicale dense où vivent de nombreux paresseux. Sa faune marine est également d’une richesse exceptionnelle (poissons multicolores, coraux, dauphins, etc.). Pour vous permettre de la découvrir, l’archipel de Bocas del Toro abonde en activités nautiques, de la plongée au paddle en passant par le snorkeling. Quant à la principale ville de l’archipel, également appelée Bocas del Toro, elle possède un véritable charme caribéen avec ses maisons colorées construites sur pilotis. L’archipel de Bocas del Toro est un lieu de détente idéal pour les voyageurs en quête de tranquillité, d’aventure et de nature exotique.

B comme Boquete : Boquete est une belle petite ville, nichée au cœur d’un environnement naturel magnifique, entre montagnes et jungles. Les voyageurs résidant sur place peuvent ainsi explorer les sentiers de randonnée et admirer les cascades situées aux alentours. Boquete est également un excellent point de départ pour préparer l’ascension du volcan Barú ou pour découvrir les fincas (ou fermes) et leurs vastes plantations de caféiers.

C comme Canal : le Canal de Panama, ouvert en 1914, relie les océans Atlantique et Pacifique. Il joue donc un rôle essentiel dans le commerce maritime international. Une visite aux écluses de Miraflores est un incontournable de tout séjour à Panama City. Elle vous permet d’assister au spectacle des bateaux gigantesques entrant et sortant de l’écluse. Chaque année, environ 13 000 navires passent par le canal, générant d’énormes revenus pour le Panama grâce aux péages de transit. Le canal a en outre stimulé le développement des secteurs du transport et de la logistique et a entraîné la construction de l’imposant centre d’affaire de Panama City que vous pouvez aussi visiter.

D comme Drapeau : le drapeau du Panama se caractérise par son exaltation des valeurs civiques. En effet, tandis que le rouge et le bleu représentent les deux principaux partis politiques du pays, le blanc symbolise la paix qui doit régner entre eux. Quant aux étoiles, la bleue évoque la pureté et l’honnêteté et la rouge, l’autorité et le droit.

drapeau-panama

©alexandermils

E comme El Valle de Antón : perché à 600 mètres d’altitude au cœur d’un ancien cratère, le village d’El Valle de Antón est entouré de montagnes à la végétation luxuriante. Les sentiers de randonnées sont légion, de même que les possibilités de promenade à vélo et les parcours de trek. Vous pouvez aussi vous rendre aux sources thermales, au Musée du Papillon ou au serpentarium.

F comme Frank Gehry : le Musée de la biodiversité Biomuseo de Panama City fait partie des œuvres les plus réussies de l’architecte américano-canadien Frank Gehry. En arrivant devant le musée, vous êtes immanquablement bluffé par son architecture ambitieuse. Des toits multicolores formant une forêt irréelle surmontent un édifice d’acier. À l’intérieur, une muséographie impressionnante raconte l’histoire de la formation de l’isthme de Panama, il y a 3 millions d’années. Le musée vise aussi à mettre en valeur la flore et la faune locales et à sensibiliser à la préservation de l’environnement.

G comme Golfe de Chiriqui : au sud-ouest de Panama, le golfe de Chiriqui abrite une biodiversité bien préservée, notamment sur les nombreuses îles situées au large. Les jungles en bordure des plages sont denses et invitent à l’exploration. Enfin, n’hésitez pas à participer à une excursion en mer, à la découverte des baleines qui viennent mettre bas dans le golfe de Chiriqui de juillet à octobre !

H comme Herrera : Herrera est une petite province de la République de Panama. Elle possède plusieurs villes intéressantes à visiter, comme Chitré et Parita. Celles-ci présentent un aspect colonial très marqué et recèlent de nombreuses échoppes d’artisans. La province abrite aussi le Parc national Sarigua, qui est un incontournable de tout séjour dans la région. Il s’agit de la zone la plus aride du Panama, son aridité étant due surtout à la haute densité de sel imprégnant le sol, ce qui empêche le développement de la végétation.

I comme Iguanes : parmi tous les reptiles qu’abrite le Panama (crocodile, caïman, etc.), l’iguane vert est sans doute le plus emblématique. Présents sur tout le territoire, les iguanes arpentent de leur pas lent les forêts et les plages, vous offrant ainsi un spectacle fascinant. Ils peuplent notamment la fameuse Île aux Iguanes (Isla Iguana), au large de la péninsule d’Azuero. Si l’observation des iguanes est l’activité principale de l’île, vous pouvez aussi vous détendre sur ses belles plages ou pratiquer le snorkeling, à la découverte de la vie sous-marine !

ile-iguanes-panama

©Nestor

J comme Jungle : au Panama, la jungle est restée parfaitement conservée dans son état naturel. Vous explorez donc une forêt tropicale à l’état sauvage, parcourue de mille bruits caractéristiques, des cris des singes aux chants des oiseaux. Non loin de Panama City, la jungle du Cerro Ancón est facilement accessible. Il s’agit d’une zone protégée qui vous offre un premier aperçu de la jungle panaméenne. Vous pouvez ensuite explorer les parcs nationaux situés en bordure du canal : le Parque Natural Metropolitano et le Parque Nacional Soberania. Des guides locaux se tiennent à votre disposition pour vous faire visiter ces endroits sublimes… ou vous emmener dans des sites plus reculés et moins fréquentés !

K comme Kunas : peuple amérindien du Panama, les Kunas (ou Gunas) vivent principalement dans l’archipel de San Blas. Ils utilisent encore leur propre langue (le kuna) et ont conservé un mode de vie proche de celui de leurs ancêtres. L’artisanat y joue un rôle important, en particulier la confection des fameuses Molas (rendez-vous à la lettre M !). Vous pouvez aller à la rencontre des Kunas notamment sur la comarque de Guna Yala où ils vivent en autonomie (rendez-vous à la lettre Y).

L comme Lac Gatún : Le lac Gatún est un trésor naturel emblématique du Panama. Créé en 1913 lors de la construction du canal, il est le cœur de cette voie navigable. Il permet notamment de réguler les niveaux d’eau du canal, ce qui rend celui-ci praticable toute l’année. S’étendant sur plus de 430 km2, le lac Gatún dispose d’un écosystème diversifié et abrite de nombreuses espèces animales (iguanes, singes, paresseux). Ses alentours se découvrent à pied par les sentiers de randonnée, mais le lac lui-même se prête très bien à la pratique du kayak, du ski nautique ou de la plongée sous-marine.

Nos suggestions de voyages au Panama


Explorez nos exemples d’itinéraires qui vous permettront de découvrir le Panama au cours d’un voyage unique…

Voir tous nos voyages

M comme Molas : les Molas sont des œuvres d’art textiles créées par les membres du peuple kuna. Ces pièces colorées et complexes sont fabriquées en superposant et en découpant minutieusement des couches de tissu. Cette juxtaposition permet de mettre au point des motifs géométriques et des images représentatives de la culture kuna (faune et flore locales, herbes médicinales panaméennes, etc.).

N comme Nature : destination nature par excellence, le Panama a tout ce qu’il faut pour attirer les randonneurs et les aventuriers. Les nombreux sentiers qui jalonnent son territoire vous conduisent à travers la jungle foisonnante, au sommet de majestueux volcans ou à proximité de chutes d’eau spectaculaires. Les plages du pays vous permettent de vous prélasser soit au bord de l’océan Pacifique, soit sur les rivages de la mer des Caraïbes. Enfin, comme la jungle avec ses singes et ses oiseaux colorés, les fonds marins sont peuplés d’une faune abondante : baleines, dauphins, nombreuses tortues et poissons de toute sorte. Découvrez nos voyages au Panama dédiés aux amoureux de la nature.

O comme Oiseaux : les ornithologues ont pu recenser près de 1050 espèces d’oiseaux au Panama (contre moins de 600 en France par exemple). Ces oiseaux habitent la jungle, de la canopée à la cime des arbres, et le littoral. Les plus célèbres sont la harpie du Darién, les nombreux perroquets colorés de la forêt tropicale, le toucan, les colibris et, bien sûr, le quetzal (rendez-vous à la lettre Q !).

quetzal-panama

©phototrip.cz

P comme Panama : l’histoire du Panama est fortement marquée par la géographie du pays. Celui-ci occupe en effet l’isthme qui relie les deux Amériques, ce qui en fait un site stratégique majeur. Ancienne colonie espagnole, le Panama connaît une période d’instabilité au 19ème siècle, après le départ des dernières forces ibériques. Cette période se caractérisée par des guerres civiles auxquelles se mêlent les puissances étrangères désireuses de contrôler l’isthme. Le Panama est ainsi longtemps intégré à la Colombie (1886-1903). Dès le début de la construction du canal (1882), les États-Unis s’intéressent aussi au Panama, ce qui les amène à soutenir la guerre qui aboutit à l’indépendance du pays en 1903. Cet intérêt stratégique des États-Unis ne s’est jamais démenti jusqu’ici, le géant américain disposant encore de nombreuses bases militaires autour du canal.

Q comme Quetzal : le quetzal est un oiseau résidant dans les jungles panaméennes où il arbore un magnifique plumage aux couleurs vives (principalement rouge et verte). Mesurant 40 cm, il se nourrit de fruits et d’insectes qu’il attrape en volant de branche en branche. Capable de rester immobile pendant de longues minutes, il peut se révéler difficile à observer. Pour être sûr d’apercevoir le resplendissant quetzal, vous pouvez emprunter l’itinéraire de randonnée le plus populaire du pays, le bien nommé El Sendero de los Quetzales, ou « sentier des quetzals », au cœur du Parc national du volcan Barú !

R comme Reggaeton : le reggaeton, genre musical dérivé du reggae, occupe une place spéciale sur la scène latino-américaine. Ses premiers enregistrements ont été réalisés au Panama par l’artiste El General et ce rôle pionnier a laissé des traces indélébiles. La fusion des rythmes afro-caribéens et hip-hop a créé un style unique qui résonne dans tout le pays. Les clubs de Panama City (comme le Panama Barcrawl ou le Chupitos 507) vibrent ainsi au son du reggaeton, attirant les jeunes et les voyageurs avides de danser sur des hits entraînants. Cette musique incarne l’énergie et la vitalité de la culture panaméenne.

Nos suggestions de voyages au Panama


Explorez nos exemples d’itinéraires qui vous permettront de découvrir le Panama au cours d’un voyage unique…

Faire une demande sur-mesure

S comme San Blas : les îles San Blas, situées sur la côte caribéenne du Panama, sont un trésor naturel parfaitement préservé. Vous découvrez sur place des plages de sable blanc immaculé, des eaux cristallines et une biodiversité marine exceptionnelle. Vous avez la possibilité d’explorer l’intérieur des terres, de vous prélasser sur la plage ou de pratiquer le snorkeling ou le paddle. Enfin, les îles San Blas sont habitées par la communauté des Kunas, dont l’hospitalité et l’artisanat coloré ajoutent encore à l’attrait de l’archipel. Découvrez tous nos itinéraires dans les îles San Blas.

T comme Trait d’union : le Panama joue un rôle de trait d’union non seulement entre les Amériques, mais aussi entre les océans Pacifique et Atlantique. Cet aspect a joué un rôle essentiel dans l’histoire du pays, comme dans sa culture si particulière. Le Panama est en effet un véritable carrefour cosmopolite. À Panama City se côtoient des cultures du monde entier. Cette diversité se reflète dans sa cuisine, sa musique et ses festivals qui mélangent traditions autochtones, espagnoles et afro-caribéennes. Le Panama est un melting-pot fascinant où l’ancien et le moderne coexistent harmonieusement.

U comme UNESCO : 5 sites panaméens sont inscrits au Patrimoine mondial de l’UNESCO, dont 2 sites culturels (les fortifications de la côte Caraïbe et le district historique de Panama City) et 3 sites naturels. Cette liste prouve l’attachement des Panaméens non seulement à leur histoire, mais aussi à leur patrimoine naturel.

V comme Viejo : Casco Viejo (ou Casco Antiguo) est le joyau historique de Panama City, classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO. En arpentant ses ruelles pavées bordées d’églises coloniales et de bâtiments colorés, vous effectuez un véritable voyage dans le temps. Si Panama City a su conserver intacte cette pure merveille, elle est aussi une ville moderne qui abrite de nombreuses boutiques branchées, des restaurants gastronomiques et des bars animés. Vous pouvez également visiter le quartier d’affaires, les écluses de Miraflores et le Biomuseo. Ou, tout simplement, vous installer à une terrasse pour siroter l’un des meilleurs cafés du monde !

panama-city-panama

©Amaiquez

W comme Wounaans : peuple autochtone du Panama, les Wounaans vivent encore aujourd’hui dans le respect de leurs coutumes ancestrales, au cœur de la forêt primaire quasiment impénétrable du Darién. Les Wounaans sont particulièrement renommés pour le savoir-faire de leurs artisans qui travaillent surtout la vannerie et le bois. Vous souhaitez en avoir un premier aperçu avant votre voyage au Panama ? Rendez-vous alors au Musée des Arts Premiers (ou Musée du Quai Branly) à Paris qui expose plusieurs œuvres d’art issues de l’artisanat wounaan !

X comme Xénarthre : le terme xénarthre désigne un certain type de mammifère ne possédant que 2 ou 3 doigts et dont la partie avant de la bouche est totalement édentée. Parmi les xénarthres, on compte notamment le paresseux, le tatou ou le tamanoir, qui sont des animaux iconiques du Panama. Si le tatou est assez secret, le paresseux, l’animal le plus lent du monde, se laisse facilement observer. D’autre part, l’île d’Escudo, qui appartient à l’archipel panaméen de Bocas del Toro, abrite une espèce endémique : le paresseux nain. Découvert seulement en 2001, celui-ci figure déjà sur la liste des animaux menacés d’extinction…

Y comme Yala : la comarque de Guna Yala est une région autonome du Panama appartenant à l’archipel des San Blas. Elle est principalement habitée par le peuple autochtone des Kunas qui veille à la préservation de ses paysages époustouflants. Guna Yala est surtout connue pour ses plages de sable blanc, ses belles eaux turquoise et ses îles paradisiaques. Il s’agit du meilleur endroit pour découvrir la culture kuna !

Z comme Zoniens : la construction du canal de Panama a débuté en 1882 grâce à un contrat passé entre l’État de Colombie, qui dominait alors le Panama, et la France. Interrompu en 1889, le chantier reprend en 1903, après l’indépendance du Panama, cette fois sous l’égide des États-Unis. Ceux-ci reçoivent alors la possession d’une bande de terre de 8 kilomètres de chaque côté du canal. Cet acte de propriété a été plusieurs fois remis en question par les gouvernements panaméens qui ont fini par obtenir gain de cause en 1999 avec le départ des derniers ressortissants américains. Les Américains appellent ainsi Zoniens (en anglais Zonians) leurs résidents qui vivaient sur les bords du Canal de Panama de 1903 à 1999.

Nos articles associés


Poursuivez votre découverte de notre pays et la préparation de votre voyage en explorant d’autres articles de notre guide de voyage dédié à au Panama !

Suivre le guide